Actualités We Network

Actualités

Imprimer Email Twitter Linkedin Viadéo Plus
RSS

11/02/2019 We Network

Et si demain, les clôtures des champs étaient virtuelles ?

Article accompagnement CdC Chambre agriculture PdL

Utiliser une clôture virtuelle pour le pâturage des animaux ? C’est le projet porté par la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire pour soulager les éleveurs de bovins, caprins, ovins et équins.

Une clôture virtuelle pour soulager le quotidien des agriculteurs

Des vaches, des chèvres, des moutons et des chevaux qui restent en « liberté », sans aucune clôture, c’est certainement l’impression que vous donneront les champs dans les prochaines années.

Technique ancestrale utilisée par les agriculteurs pour permettre aux animaux de s’alimenter dans de vastes espaces verts, le pâturage contraint toutefois les éleveurs à mettre en place un gardiennage ou à poser des clôtures. Des solutions coûteuses en temps et en main d’œuvre qui rendent les agriculteurs réticents à cette technique, car déjà en manque de temps et de moyens.

Et s’il était possible de résoudre ces problématiques en supprimant totalement les clôtures physique en faisant appel à une clôture virtuelle d’un nouveau genre ? Le principe est très simple : permettre à l’animal d’apprendre par lui-même où se trouve la limite de cette clôture invisible grâce à un collier connecté et géolocalisé.

Le principe ? Un système de signaux sonores intégrés au collier avertit l’animal qu’il s’approche d’une zone limite définie par l’éleveur. Puis si l’animal passe outre ces avertissements, des impulsions électrique de faible ampérage viennent renforcer cet apprentissage.

Mais ce n’est pas tout. Ce collier pourrait également apporter diverses informations sur l’attitude et le bien-être de l’animal à l’agriculteur pour apporter une palette de services innovants aux agriculteurs. Comme par exemple optimiser les zones de pâtures à privilégier, ou identifier les comportements anormaux des bêtes.

C’est en tout cas l’alternative séduisante envisagée par la chambre d’agriculture des Pays de la Loire pour soulager le quotidien de ses agriculteurs, comme on le découvre dans la vidéo de l’appel à solutions présentée par la Chambre d’agriculture.

Le concours Résolutions : la rencontre entre problématiques et solutions

Afin de rendre le projet de clôture virtuelle concret, la chambre d’agriculture des Pays de la Loire a fait appel au Concours Résolutions. Ce concours d’innovations met en relation des entreprises des Pays de la Loire et des acteurs innovants pour résoudre diverses problématiques, comme celle évoquée ci-dessus.

Startups, laboratoires, et entreprises innovantes ont été invités depuis le 03 janvier 2019 à résoudre cette problématique de développement. La meilleure solution bénéficiera d’un prix de 20 000 € pour expérimenter, co-développer et mettre en œuvre la solution choisie.

Mais avant cette étape, la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se devait de concevoir un cahier des charges afin d’aiguiller les solutionneurs. C’est à ce moment clé de la formalisation du besoin qu’elle s’est tournée vers l’équipe WE Network.

L’accompagnement WE Network sur le projet de clôture virtuelle

Une fois la problématique du pâturage identifiée et la solution de clôture virtuelle envisagée par la chambre d’agriculture des Pays de la Loire, le rôle de WE Network a été de rédiger le cahier des charges de cette solution mais aussi d’accompagner la chambre d’agriculture dans sa démarche.

Vaches

Le cahier des charges, ainsi que la pré-étude de faisabilité qui le complète, offrent aux potentiels solutionneurs du Concours Résolutions des éléments écrits leur permettant de déterminer les priorités de développement et une proposition de phasage pour « dérisquer » (c’est à dire identifier les risques en phase amont et proposer une suite d’actions pour évaluer ces risques) sur les aspects technico-économiques par rapport aux besoins attendus.

Afin d’établir le cahier des charges, WE Network a participé à l’expression des besoins principaux ainsi qu’à l’identification des cas d’usages et des performances techniques attendues auprès du porteur de projet.

 

Puisqu’aucune clôture virtuelle n’a jamais été mise en place en France, ce cahier des charges avait pour objectif, au-delà d’un stade de recherche expérimentale, de poser également à l’écrit les fonctionnalités, performances, et contraintes découlant des différents cas d’usages identifiés par la chambre d’agriculture.

Les besoins principaux étant ici de :

  • Contenir les animaux dans un périmètre mobile défini sans clôture physique, soit maintenir les animaux dans une zone définie par l’agriculture
  • Mesurer l’activité des animaux par exemple leurs mouvements, leurs zone de pâturage privilégiée etc…
  • Conduire les animaux dans un périmètre prédéfini restreint par exemple pour se rendre d’un champ A à un champ B sans encombres et toujours sans clôtures

 

Les bénéfices concrets des accompagnements projets WE Network

Au-delà des aspects usages et technologiques, les accompagnements de WE Network ont également pour objectif de faire monter en compétence le porteur de projet et, ainsi, lui permettre de maîtriser davantage son projet.

L’accompagnement proposé aux côtés du porteur de projet doit permettre un véritable transfert des connaissances technologiques pour qu’il s’approprie la dimension technique du projet. L’enjeu est de gagner en autonomie et en compréhension face aux futurs prestataires concernant les performances et les limites technologiques inhérentes à chaque projet.

Une problématique ? Un projet ? Une idée ? Contactez-nous pour rendre cela concret !

 

Revenir à la liste