Actualités We Network

Actualités

Imprimer Email Twitter Linkedin Viadéo Plus
RSS

16/05/2019 We Network

France Poutres – une PME en route vers l’industrie 4.0

Image newsletter 3 W Fab

#FAB L’aventure France Poutres

À la découverte d’une PME industrielle française pleine d’ambitions

 

Et si l’industrie du futur était accessible aux Petites et Moyennes Entreprises, tous secteurs d’activités confondus ? Après plus de 50 ans d’existence, c’est le pari que la société vendéenne France Poutres a décidé de concrétiser. Portée par la vision de son Président Olivier Chapeau, .Cet article est le premier d’une série consacrée à France Poutres sur l’accompagnement #FAB de We Network : de l’atelier familial à l’industrie 4.0.

Pour ce premier article, partons à la découverte de l’histoire et des ambitions de France Poutres !

 

Une PME française en développement

 

Laura Baumont : Pouvez-vous nous raconter l’histoire de France Poutres ? Sa création ?

Olivier Chapeau : France Poutres a été créé en 1976 par deux frères artisans charpentiers. Ils avaient une activité artisanale de pose de charpente.

Photo inopanneAu fil des années, les deux frères avaient en tête l’idée d’aller plus loin dans leur métier et de s’orienter vers la standardisation et l’industrialisation. C’est à cette période de leur vie qu’ils ont inventé la poutre en « I » nommée « Inopanne », un produit plus résistant que les autres solutions concurrentes.

Cette création a marqué,  dans les années 90, le passage d’une activité artisanale à une activité industrielle : ils cessent de travailler sur les chantiers pour se spécialiser sur la fabrication exclusive de ces poutres déjà très innovantes. À la suite de cette orientation stratégique, France Poutre a évolué et grandi en même temps que son développement commercial, les conduisant à agrandir leurs ateliers et à s’adapter à l’évolution de l’entreprise.

 

C’est en 2008 que j’arrive au sein de France Poutres pour reprendre la direction commerciale et apporter la notion de développement à long terme, d’engineering… Cela grâce à ma formation, au sein de l’école du bois de Nantes. Après quelques années, les deux fondateurs ont souhaité prendre leur retraite et ont fait le choix d’une transmission d’entreprise. Avec les deux fils de l’un des dirigeants, j’ai repris l’entreprise et nous sommes tous les trois actionnaires depuis 2014.

LB : Quelles principales difficultés avez-vous rencontré au cours du développement de France Poutres ?

OC : Suite à mon arrivée, nous avons pris la décision de nous orienter vers des solutions constructives et plus seulement des produits. Cela nous a conduit à développer davantage de services au sein de France Poutres : un bureau d’étude intégré pour concevoir, plus de commerciaux pour conseiller,…

Ainsi France Poutres a débuté dans l’artisanat, puis est devenu industriel fabricant de produits avant de devenir à ce jour une PME industrielle offrant des solutions de service. Depuis 2 à 3 ans, France Poutres connaît une croissance importante qui a entraîné le besoin de prendre une décision majeure : rester stable ou bien grandir résolument.

Nous avons pris la deuxième option, en choisissant d’engager une politique nouvelle s’appuyant sur une stratégie ambitieuse : celle d’engager une croissance pour les quatre années à venir, de doubler le chiffre d’affaires en cinq ans (déjà doublé en trois ans) et d’assumer cette ambition avec des plans d’investissements très lourds.

Nous avons voulu nous interroger sur les problèmes qui découleraient de cette croissance si nous ne changions rien. Nous avons donc eu le temps d’anticiper chaque problème avant qu’ils ne surviennent.

LB : Comment avez-vous pensé résoudre ces difficultés dans un premier temps ?

OC : Lorsque nous avons pris la décision de continuer à croître, je me suis tourné vers mon réseau afin d’obtenir des informations. Nous avons fait appel à du coaching pour certains aspects tels que l’humain et le management mais c’est clairement en local,  en collaboration avec le Centre de Ressources en Innovation de la Roche sur Yon – le CRI, avec son accompagnement manufacturing, que j’ai pu réunir les informations sur les démarches à suivre pour me développer et obtenir une aide. L’agence régionale (devenue Solutions&Co, un organisme d’accompagnement de la Région des Pays de la Loire) est venue au CRI et  a présenté le dispositif global de l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) industrie du futur de la Région qui s’intégrait parfaitement dans ce vers quoi nous souhaitions faire évoluer France Poutres.

Nous y avons vu une opportunité forte d’accélérer.

 

L’usine du futur pour une PME française, accessible ?

usine france poutres

LB : L’usine du futur et l’industrie 4.0 : connaissiez-vous ces termes avant l’accompagnement ? Et avez-vous de suite pensé que c’était compatible avec votre activité ?

OC : Nous ne connaissions pas le terme d’Industrie du futur avant que l’on nous parle de l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) Industrie du Futur. Lorsque nous avons compris ce que ce terme désignait, , à savoir une usine intelligente où les machines communiquent entre elles pour optimiser la production,  nous avons su que c’était là où nous souhaitions nous orienter.

Aujourd’hui, l’objectif est donc d’adapter l’outil industriel de France Poutres à la croissance souhaitée. Alors nous investissons dès maintenant pour nous permettre d’assumer nos ambitions.

Jusqu’à présent, la filière bois est très éloignée de l’industrie du futur. Après coup, on se dit que penser à le faire était déjà une révolution. La révolution d’accepter de se projeter et de se dire que nous pouvions, nous aussi, nous lancer dans ce concept aux contours parfois difficiles à appréhender, l’industrie du futur.

C’est pourquoi si tout ça n’avait pas été encadré, nous ne nous serions peut-être jamais lancés. L’ambition serait restée à l’état d’idée puisqu’il aurait été difficile d’encadrer un projet en plus de diriger le quotidien de France Poutres. Après, pour la mise en oeuvre, nous nous sommes tournés vers We Network.

LB : L’accompagnement We Network, vous y êtes venu comment ?

pays de la loire usine du futur

 

OC : Dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt de la Région des Pays de la Loire, WE Network a été retenu lors de la 1ère phase, celle du diagnostic de l’entreprise. C’est de cette façon que j’ai découvert We Network qui est basé à Angers au coeur du Technocampus de l’électronique, et que nous avons commencé à collaborer avec Nicolas Pétrau, expert en optimisation industrielle.

LB : Pourquoi avoir choisi We Network pour vous accompagner vers l’usine du futur ?

OC : Ce qui m’a le plus intéressé dans l’offre We Network c’était de sortir des sentiers battus de la filière bois ce qui nous a permis d’explorer de nouvelles voies.

Je voulais vraiment avoir un regard qui n’était pas orienté autour du métier du bois pour que les solutions proposées ne soient pas du déjà vu pour la filière bois, pour s’inspirer d’autres filières et les mettre en application chez nous.

Il nous était nécessaire d’avoir une structure présentant du recul et qui pourrait apporter des solutions d’autres filières. Nous avons trouvé ces éléments auprès de We Network.

Historiquement la filière bois est dans l’automatisation de la production et ça s’arrête là. Le fait de travailler à la fois avec We Network (spécialisé dans l’intégration d’intelligence électronique dans les produits et procédés de production) et Proxinnov (qui propose pour sa part de nombreuses solutions de robotique et de cobotique) permettait d’ouvrir le champ des possibles.

LB : Quelle suite pour ce projet ?

OC : Toute la phase de diagnostic de l’entreprise et le plan directeur vers l’industrie du futur réalisé par WE Network s’est avérée très juste puisque chaque point inscrit va être actionné dans le cadre d’un plan d’actions s’étalant sur plusieurs années.

Le dépôt du dossier AMI phases 2 et 3 (Phase d’intégration et de test et phase de déploiement opérationnel) est en cours. Mais ce qui est certain, c’est que France Poutres est déjà parti pour passer progressivement d’un atelier à une véritable usine du futur capable de supporter les ambitions que nous nous sommes fixés.

 

Et pour la suite ? 

Cet article vous a plu ? Retrouvez la suite dans le prochain article de cette série FAB – l’accompagnement vers l’industrie du futur. Nous suivrons la phase de diagnostic projet menée avec France Poutres !

Revenir à la liste